Vous n’avez plus rien à vous mettre.

 

Mais oui, tous les six mois c’est comme ça, vous vous rendez compte que, même si votre armoire déborde, vous passez toujours autant de temps le matin en sous-vêtements dans votre chambre à vous demander ce que vous allez bien pouvoir vous mettre sur le dos. Et tous les matins, c’est la même chose, le pantalon que vous vouliez mettre est au linge sale.

 

C’est bien ce que je dis, vous n’avez plus rien à vous mettre.

 

Face à ce manque immense qui vous fait tant de mal et vous force à porter toujours les mêmes fringues, il existe un remède souverain : les soldes.

 

Les soldes sont un événement (plus ou moins) majeur qui se produit deux fois par an dans la vie d’un être humain. Quel que soit son sexe, son âge ou son lieu de villégiature. Bon, c’est vrai que les jeunes femmes parisiennes sont un peu plus sensibles à la chose. Par sensibles, j’entends capables de prendre un jour de RTT pour pouvoir se consacrer à une journée intensive de shopping car, c’est bien connu, c’est le premier jour qu’on fait les meilleures affaires. Les magasins savent que tout le monde n’a malheureusement pas la possibilité de zapper le boulot et ont donc décidé d’ouvrir à 8 heures du matin. Comme ça on a tous et toutes la possibilité d’aller se battre une heure dès potron-minet pour des bouts de tissu Liberty et d’aller gentiment travailler après comme si de rien n’était. Comme la vie est bien faite…

 

Mais finalement, c’est quoi l’intérêt de tout ce raffut ? Pourquoi toutes ces pubs placardées dans le métro ou hurlées à la radio ? Pourquoi cette hystérie devant le Zara du Forum des Halles ou les Galeries Lafayette ? Eh bien c’est parce qu’on brade, Messieurs-dames. Oui, parfaitement, on brade. On fait baisser les prix d’un pourcentage plus ou moins intéressant et on attend que les gens se ruent sur les bonnes affaires. Le tout pendant presque un mois et selon un schéma immuable :

 

Première semaine : soldes

Deuxième semaine : deuxième démarque

Troisième semaine : nouvelle démarque

Quatrième semaine : derniers prix

Et en bonus, après, les « Tout à 5 euros » sur une sélection de t-shirts dont personne n’aura voulu.

 

Donc les soldes, c’est aujourd’hui que ça commence. Un marathon pour les responsanbles magasins et les vendeuses, de supers occasions pour acheter des choses en général hors de prix pour nous, des attentes immenses pour les marques, des reportages à foison à la télé où on verra une dame expliquer qu’elle kiffe grave la vibes car elle avait repéré ce magnifique sac en cuir depuis le lancement de la collection et que là, elle l’a eu à 40 % et que c’est méga intéressant.

 

Le grand dilemme pendant les soldes, c’est : vaut-il mieux acheter maintenant à -20 % ou attendre la prochaine démarque à 50 % en prenant le risque de ne plus retrouver le précieux article ? Situation ultra délicate, car pendant cette période, la femme est une louve pour la femme et n’hésite pas à acheter de manière compulsive, même si ça ne lui plaît pas. Vous avez remarqué ? Il suffit que quelqu’un ait quelque chose en main avec un air songeur et hésitant pour que quelqu’un d’autre se rue dessus sitôt l'article reposé. Non, cette robe ne vous intéresse pas. Pas du tout. Mais bon, elle avait l’air de sacrément plaire à cette nana. Mais c’est à vous qu’elle ira le mieux. Et c’est votre taille. Et elle est à - 30 % donc ça vaut la peine, non ? Allez hop, vous prenez. Et c’est comme ça que vous vous retrouvez avec une montagne de chiffons alors qu’à la base, vous veniez juste pour une ceinture.

 

Autre effet pervers des soldes, l’installation pendant ce temps de la nouvelle collection. Alors que vous avez, sur une surface assez large du magasin, des portants qui croulent sous des vêtements bariolés malmenés, parfois roulés en boule sur une étagère ou carrément tombés par terre, votre regard est toujours attiré par une petite section du magasin où les vêtements sont parfaitement bien rangés et présentés : c’est la collection suivante. Qui est en général vachement plus attirante. Et vachement pas soldée. Normal. Et comme vous êtes faible, vous vous laissez tenter par un ou plusieurs articles non soldés. Et voilà. Vous vous êtes fait piéger. D’autant plus que ce sont des articles automne-hiver, donc pas vraiment adaptés. Mais bon, c’est comme ça.

 

La bonne idée pour profiter des bonnes affaires sans risquer sa vie ? Les soldes sur Internet. Pas de foule, pas de précipitation, pas de queue à la caisse, pas besoin de sortir de chez vous... Que demander de plus ? Alors à vos souris et bonnes soldes !