Vous avez fait quoi dimanche ?

Moi j'étais chez Ikea. Oui je sais, c'est bizarre d'y aller quand il fait beau. Parce qu'en général, on va plutôt chez Ikea quand il pleut. Ou qu'il fait moche du moins.

Ikea, tout le monde connaît puisque tout le monde se fournit là-bas. Ikea, c'est un peu l'élément magique qui fait que, même chez les autres, on se sent toujours un peu chez soi, le cul posé sur le même sofa, la même fourchette dans la main, le même cadre photo dans un coin. Ikea, c'est un peu LA distraction du dimanche dans la mesure où c'est un des rares magasins ouverts ce jour-là.

L'idée de vous y rendre surgit souvent à l'improviste. Sauf, bien sûr, en cas d'aménagement récent. Mais ceci est un cas trop particulier. Donc, vous êtes chez vous à vous faire passablement suer devant les programmes télé pourris dominicaux quand soudain, la personne en face de vous vous suggère machinalement une petite virée au pays des meubles suédois. Là généralement, vous revivez. S'il est tôt, vous en profiterez pour y déjeuner. Parce que oui, vous adorez leurs petites boulettes de viande. Et puis vous prendrez du gâteau au Daim en dessert, c'est trop bon. Si vous avez déjà déjeuné, eh bien ma foi tant pis, ce sera toujours l'occasion d'acheter une étagère pour le salon car il n'y a plus de place pour ranger l'imposante collection de DVDs d'une personne dont vous tairez le nom. Et puis on pourrait regarder les chaises, hein Chouchou, celles qu'on a chez nous commencent à être un peu vieilles, non ?

Allez, c'est décidé, vous y allez.

Ikea, c'est loin quand on habite à Paris. Et même quand on habite pas à Paris, c'est loin aussi. G
énéralement, il est obligatoire de se taper du périph' et/ou de l'autoroute. Mais bon, vous êtes motivé. A l'aller, on est toujours motivé.

Ikea, c'est grand. Vous avez beau le savoir, à chaque fois vous oubliez de mettre des chaussures de marche pour y aller. C'est grand mais vous ne pouvez pas vous perdre. Car le chemin est bien tracé et puis, il y a tellement de monde que vous n'avez qu'à suivre le mouvement sans vous presser. Enfin, ne traînez pas trop non plus, la dame derrière vous aimerait bien passer, merci.

Ikea, c'est pas cher. Une table basse à 4,95 €, c'est même pas le prix d'un sandwich au stand Brioche Dorée de votre cafétéria d'entreprise. Des draps à 15 €, voilà un prix qui ne va pas vous faire cauchemarder. Une bibliothèque à 50 €, ça vous laisse plein de tunes pour la remplir avec de bons bouquins. Mais comme tous ces prix si petits vous entraînent dans une sorte de tourbillon magique où tout est possible, vous ne faites pas gaffe...

Et c'est comme ça que vous vous en sortez avec un total de 154,90 €. Mais comment ? Vous étiez juste venu pour une étagère ! C'est vrai. C'était votre idée de départ. Mais au fil de la visite, votre vigilance s'est relâchée... Vous avez craqué pour ce beau plaid 100% synthétique pour vous réchauffer les soirs d'hiver, vous avez eu le coup de coeur pour cette adorable lampe de chevet... Han, et ces petits photophores, ne sont-ils pas trop mignons ? Bon, mais il faut prendre les bougies qui vont avec ! Quel parfum, les bougies ? Fruits rouges ou caramel ? Bon, on prend les deux, ça coûte trois fois rien... Tiens, sympa ce tabouret, on en a toujours besoin en cas de visite surprise ! Oh, et tu as vu ces verres ? Trop beaux, non ? Allez, ça nous changera du service de ta mère... J'adore ces petites peluches, je suis sûr qu'elles plairaient à mon neveu. Tu prends des coussins de chaise ? J'aime bien ceux-là. Oui oui, six. Ah, et puis l'étagère. Faudrait pas qu'on l'oublie.

C'est quoi déjà, le nom de l'étagère ? Ah, Expedit. Étrange. C'est bien la première fois qu'un article de chez Ikea ne porte pas de nom imprononçable. Vous avez remarqué à quel point les noms des meubles sont étranges ? Sérieusement, ils devraient être acceptés au Scrabble, ça vous ferait des super mots où vous pourriez caser d'un coup le K, le Z et le W. Pour un peu que vous placiez ça sur une case " Mot compte triple", ce serait le jackpot assuré. C'est votre grand-mère qui serait fière de vous...

Bon, voilà, vous avez attendu 20 bonnes minutes à la caisse, vous avez acheté deux sacs bleus et vous voilà chargé comme un mulet à vous demander si le coffre de votre Twingo va, exceptionnellement pour aujourd'hui, prendre les dimensions d'un coffre de Scénic. Vous rêvez. Même chez Patrick Sébastien au Plus Grand Cabaret du Monde, ils ont pas réussi.

Et puis il y a l'après. Les embouteillages du retour. Tout remonter à la maison. Le cruel dilemme : on commence à monter l'étagère maintenant ou on s'y met demain ? Non mais commence pas à tout déballer, tu crois pas qu'il y a déjà assez de bordel comme ça au salon ? Et puis j'ai faim, je préfèrerais que tu prépares à manger. Comment ça j'ai qu'à le faire moi-même ? Bon, passe-moi le téléphone, j'appelle Planet Sushi.

Finalement, Ikea c'est un peu le double effet Kiss Cool : vous chassez la DDDS et en même temps, vous testez votre couple. Plutôt pas mal pour un magasin de meubles, non ?