Ça n’en a pas l’air comme ça, mais en ce moment c’est l’été. La saison qu’on attend toute l’année parce qu’on sait qu’on va s’alléger. En poids, en vêtements, en travail… en été, sous le ciel bleu, tout est plus vaporeux.

Chez les femmes, il y a une chose qui s’allège et que les hommes aiment bien, c’est le maquillage. Eh oui, alors que nous, pauvres créatures peu sûres de nous, ne jurons que par notre goupillon de mascara, nos amis les hommes, étrangement, nous préfèrent au naturel. Ce qui est bien dommage, vu le temps que peut parfois prendre un ravalement de façade en règle.

Parlons de rouge à lèvres. Vous, les mecs, vous avez un peu de mal avec ça. Pourtant, nous les filles, on adore. Ça fait vamp quand c’est bien rouge et bien mat, ça rend les dents plus blanches par un subtil effet d’optique… et puis c’est un peu LE geste ultime pour jouer la femme fatale. Mais voilà, en été, on se voit mal faire sa Dita Von Teese. Parce que le soleil fait fondre notre pauvre bâton de rouge (qu’on avait payé une blinde en plus) et qu’il nous donne un teint hâlé qui ruine notre effet « bouche sang/teint de porcelaine ».

D’où l’adoption d’une méthode alternative : le gloss. On pourrait dire brillant à lèvres mais je ne sais pas, ce terme me gêne. Comme si on disait rimmel ou ricil pour mascara : ça fait old school.

En parlant d’old school, revenons aux origines du phénomène. Votre première rencontre avec le gloss a certainement commencé quand vous étiez au collège : vous alliez chez Monoprix avec vos copines acheter un petit roll-on Debby et vous restiez des heures à vous demander dans quel parfum vous alliez investir les ¾ de votre argent de poche mensuel. Coca, chewing-gum, banane ou fraise ? Ah, quel doux souvenir… Et quelle délicieuse sensation de s’enduire les lèvres de cette mixture épaisse et collante que vous vous empressiez de manger.

Cette parenthèse nostalgique refermée, revenons à notre époque. Le gloss, qui se présente de plus en plus avec un embout mousse plutôt qu’une bille, est le meilleur ami de la fille en été qui veut donner à ses lèvres l’aspect frais et juteux d’un fruit mûr tout en ayant l'air naturelle. Ne pas avoir l'air maquillée, voilà l'effet du gloss : ça rend juste les lèvres brillantes et pulpeuses. Ça, c’est ce qu’on vous dit dans les pubs. On vous annonce qu’en plus, il tient non-stop pendant 12 heures et qu’il hydrate les lèvres. De la vente de rêve en bonne et due forme.

Sauf que, dans la réalité, ça se passe rarement comme ça. Une fois que vous vous êtes consciencieusement tartiné les lèvres de Juicy Tubes de Lancôme Litchi, vous ne pouvez pas manger votre gloss. Mais il n’empêche que, à peine arrivée au bureau, vous vous rendez compte que l’effet est le même : vous n’avez plus rien, le gloss est déjà parti. Pourtant, il y en avait encore tout à l’heure, vous savez quand il y a eu ce grand coup de vent et que vos cheveux se sont retrouvés collés à votre bouche. Vous allez donc rapidement aux toilettes en remettre. Il ne faudrait pas qu’un collègue vous invite à aller boire un café, vous allez mettre du gloss plein le gobelet en plastique et vous vous retrouverez encore les lèvres mises à nu. Et desséchées. En fait, le gloss c’est un éternel recommencement. Il faut TOUT LE TEMPS en remettre. Alors que c’est censé avoir un effet discret. Enfin, on n’est plus à un paradoxe près, vous me direz… 

Mais les hommes, dans cette histoire, qu’en pensent-ils ? Ils adorent ! Enfin, ils aiment bien. Enfin…

Pas si vous choisissez une couleur trop foncée. Sinon ils vont vous dire que ça ne vous va pas.

Pas si vous en mettez trop. Sinon, ils vont croire que vous avez mangé trop de sauce salade tant vos lèvres sont luisantes.

Pas si vous en mettez avant de les embrasser. Sinon vous allez vous retrouvez face à un homme qui ressemble à une femme, vous exposer à une mine de dégoût et à des représailles sévères. Et, accessoirement, à une grève de bisous.

En fait, les hommes détestent le gloss.

Finalement, le gloss, c’est pas mieux que le rouge à lèvres. Une tenue approximative, plus de goût sucré comme dans votre adolescence et un rejet de la part de la gent masculine. Et en plus, vous ne pouvez même pas vous en servir pour écrire des mots d’amour sur le miroir de la salle de bains.

Mais vous n'y pouvez rien, vous l'adorez, votre tube de gloss. C'est ça d'être une fille brillante !

IMG_9497