Albert qui ?


Avouez, la première fois que vous avez entendu le nom de cette marque, vous avez compris Albert Combi. Vous n'êtes pas seul, rassurez-vous.

Donc, la première fois que vous en avez entendu parler, vous ne saviez pas trop de quoi il s'agissait. Et puis vous avez compris. Tous ces pulls à capuche super doux et ces t.shirts trop stylés avec un petit élan cousu sur la poitrine, l'extase de vos amis à la seule mention du nom... Abercrombie & Fitch vous a hypnotisé et fasciné. Un peu comme la plupart des gens, vous avez succombé.

Mais qu'est-ce que c'est d'abord que cette marque ? Un peu de culture confiture : c'est une marque américaine de fringues sportswear qui a vu le jour en en 1892. Autant dire que ça date. C'était le 19ème siècle, quoi ! Et pour le nom, c'est parce que les fondateurs s'appelaient David Abercrombie et Ezra Fitch. Tout simplement. Ils sont pas allés chercher bien loin. Dernière information de taille et après j'arrête de jouer à la meuf qui sait tout : la marque est cotée en bourse chez nos amis américains et l'action vaut plus de 70 dollars sur le New York Stock Exchange. Il a l'air mignon comme ça, le petit élan, mais en vérité il plaisante pas du tout, c'est un vrai business man.

Jusqu'à il n'y a pas si longtemps, Abercrombie vous vendait du rêve à distance. A un point tel que, dès que l'un de vos proches prévoyait un séjour outre-Atlantique, vous le suppliiez à genoux lui demandiez immanquablement un hoody (manière plus hype et plus rapide de dire sweat à capuche) de chez A&F (manière plus hype et plus rapide de dire Abercrombie & Fitch). Vous-même, quand vous aviez assez d'argent pour aller à New York ou même à Londres, vous preniez soin de prévoir deux heures de pèlerinage. Mais depuis le mois de mai, la marque a débarqué à Paris sur les Champs Elysées ! Vous avez sauté de joie et avez appelé des amis pour aller faire un tour dans cette toute nouvelle boutique.

Enfin, une boutique... Je ne sais pas si le mot convient véritablement. Aller chez A&F, c'est une véritable profession de foi.

Déjà, il faut faire la queue comme à Disneyland Paris. Devant vous, des touristes, derrière vous aussi. Disneyland Paris, on vous dit... Ensuite, quand vous pouvez enfin y aller, après avoir été accueilli par un "Welcome to A&F" (on est en France ou bien ?), il y a un mec canon à l'entrée vêtu uniquement d'un jean sans rien en-dessous et qui est payé pour sourire, exhiber ses pectoraux et ses abdos... et se faire prendre en photo avec des jeunes filles hystériques devant tant de testostérone en libre service. La première fois, on regarde, un peu perplexe, mais après on ne fait plus attention. Puis, une fois dans l'antre, on se retrouve plongé dans le noir. L'enseigne cherche-t-elle à réaliser des économies d'énergie ? En tout cas, c'est super sombre. La musique, elle, par contre, est ultra forte. Et puis ce n'est pas un Concerto de Tchaikovsky. C'est plutôt un enchaînement de tubes techno qui cognent. Vos oreilles prennent cher.

Il y en a un autre qui prend cher, c'est votre nez. Environ 50 mètres avant le magasin, vous aviez remarqué une subtile odeur parfumée qui vous chatouillait agréablement la paroi nasale... C'était sympa. Sauf que maintenant, cette odeur sature carrément l'air au point que vous avez l'impression de l'avaler à chaque fois que vous ouvrez la bouche pour parler à votre copine. Copine qui, évidemment, ne vous entend pas tant la musique est bonne forte. Cette odeur presque suffocante est un peu la signature de la marque. Tout comme les vendeurs et vendeuses qui ressemblent plus à des top models californiens qu'à des caissières en blouses. A chaque étage, vous avez un Ken et une Barbie habillés avec des fringues super cools qui dansent comme s'ils étaient en boîte de nuit et qui vous disent bonjour comme si vous étiez leur super pote. Manque plus que le Mojito.

Devant ces jeunes personnes respirant la joie de vivre, vous avez envie de vous habiller comme elles. Bon, en général, la tenue de la fille c'est une jupe trop courte pour être vraie avec un petit top outrageusement décolleté et le garçon porte un jean et une chemise ouverte sur son torse imberbe. Le souci, c'est que ça ne vous ira jamais aussi bien qu'à eux. Sauf si vous êtes vous-même mannequin, ou au moins, vraiment gâté par la nature. Mais c'est pas grave, vous avez envie de vous faire plaisir alors vous prenez la tenue. Pas le temps d'essayer, il y a une queue longue comme les jambes de la vendeuse. Par contre, en faisant la queue à la caisse, vous avez le temps de regarder le prix sur l'étiquette et de vous rendre compte que cette simple tenue va vous coûter un rein. Tant pis, vous mangerez des pâtes jusqu'à la fin du mois. Ou vous ne mangerez pas du tout, tiens. Comme ça, vous serez aussi mince que les gens ici.

Vous ressortez en ayant l'impression de vous réveiller, presque agressé par la lumière. Mais l'air est tellement agréable à respirer ! Quand vous rentrerez chez vous, vous retrouverez le parfum A&F puisqu'il a été soigneusement vaporisé sur tous les vêtements exposés, et donc sur vos achats. Comment ça, c'est vicieux ? Mais pas du tout, c'est une manière de prolonger l'expérience... Ils sont super forts, au marketing.

Et voilà, vous serez très fier de mettre votre nouvelle acquisition le lendemain matin. Enfin... si vous avez la patience d'attendre le lendemain ! Vous fanfaronnerez et frimerez devant vos amis, vos collègues et votre famille, guettant les exclamations admiratives et les regards hypnotisés. La classe, non ? Leurs fringues sont tellement branchées que vous envisagez même d'acheter une chemisette la prochaine fois !

IMG_9495