On est toutes et tous victimes d'arnaques. Malheureusement, personne n'y échappe. Encore plus les filles. Car nous sommes plus fragiles, plus petites, plus craintives, moins impressionnantes (exception faite des lanceuses de poids est-allemandes). Donc, les gens mal intentionnés ont moins peur de nous vendre un poisson pas frais plutôt qu'à un mec de 1m90 de hauteur sur 1m90 de largeur. Je parle de poisson pas frais mais c'est aussi valable pour un appartement mal isolé, une fringue soi-disant de bonne qualité, un ordinateur pas soldé...

Mais la pire des arnaques reste quand même le mythe selon lequel l'homme parfait existe. Depuis que nous sommes toutes petites, nos parents nous ont lu des contes de fées avec des gentilles princesses (nous, en somme) victimes de la méchanceté des gens mais qui, fort heureusement, sont sauvées in extremis des griffes d'un gros dragon par une sorte de Superman sans slip apparent mais avec collants : le Prince Charmant. 

Le fameux Prince Charmant. L'homme qui tombe à pic, qui arrive juste au bon moment au rythme d'une super chanson qu'il entonne de sa magnifique voix de baryton et qui, après avoir terrassé la bête féroce sans sabre laser, embrasse la pauvre princesse et la sauve. Malgré tous ces incroyables exploits, il est quand même resté super bien coiffé avec sa mèche qui rendrait jaloux Justin Bieber, il n'a pas transpiré, il a l'haleine fraîche, l'oeil vif, le poil brillant, le sens de la formule ("Je suis là maintenant, tout ira bien, Princesse")... et, bonus, il n'a même pas sali ses belles bottes en croûte de cuir. Le mec trop fort. Ensuite, il l'embarque avec lui sur son cheval blanc dans son palais. La fin, nous la connaissons tous par coeur : Ils se marièrent, vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants. Ce qu'on appelle en bon français un happy end

Où est le mal? se demanderont les mamans ? Quel problème y a-t-il à lire de belles histoires aux petites filles sages et naïves et à les faire rêver ? Le problème, c'est que les petites filles sages et naïves grandissent. Certaines restent sages, d'autres non. Mais dans tous les cas, elles ne restent jamais naïves. Que ce soit à l'école (les garçons sont moches), au collège (les garçons sont cons), au lycée (les garçons sont immatures), à la fac (les garçons sont inexistants) ou partout ailleurs, les filles se rendent bien compte que le Prince Charmant n'existe pas et que les parents se sont bien foutus de leurs gueules.  

Quand nous effectuons un comparatif mental entre notre base de données personnelle (les contes de fées, les rêves, la vie idéale, quoi) et la réalité (les contes de fesses, les cauchemars, la vraie vie, quoi), on se rend compte qu'on s'est bien fait avoir. Point de Prince Charmant au coin de la rue, à la machine à café, au Lavomatic ou au cinéma. Point de cheval blanc garé à côté de la Scénic du voisin, point de gent damoiseau portant épée et collants... Les filles sont désemparées. J'en connais même qui ont déjà essayé d'embrasser des crapauds, les pauvres. Mais bon, le truc c'est pas que le Prince Charmant est bien caché, c'est juste que ce concept est un mythe destiné à nous présenter la vie autrement que comme une succession de choses chiantes (métro, boulot, factures à trois zéros, fourneaux, panne de réseau, dodo). 

On croise parfois des Princes Charmants potentiels... mais il y a toujours un truc qui cloche pour nous rappeler qu'on vit pas dans un bouquin pour enfants, une supercherie dont on s'aperçoit toujours à un moment : le Prince a des cors aux pieds sous ses Weston hors de prix, le Prince n'a pas son Brevet des Collèges malgré son poste haut placé, le Prince est déjà marié, le Prince habite encore chez ses parents (c'est pour ça qu'il vous emmenait toujours à l'hôtel), le Prince s'épile les poils de nez, le Prince a des problèmes avec l'alcool...

On pourrait faire une liste longue comme le bras mais il faut bien qu'il y ait une morale fin à cette histoire sinon on y sera encore aux douze coups de minuit. Alors finissons-en : non, le Prince Charmant n'existe pas, et oui, les hommes ont des défauts. Mais les femmes en ont aussi ! Pas de Prince Charmant... Mais pas de Princesse Charmante non plus ! Un point partout. 
belle bete par nat wood