Le sucre, vous connaissez ? Et le miel aussi ? Naturellement. Eh bien préparez-vous car vous allez en manger plus que de raison. La raison est toute simple : pour que la nouvelle année qui arrive soit agréable, douce et sucrée comme le sucre et le miel, on va symboliquement se noyer dedans pendant les deux soirs de fête de Roch Hachana. Enfin, façon de parler. On ne va pas s’immerger dans des pots hein, on va juste plonger tous nos aliments dedans. Et c’est déjà pas mal, surtout quand on voit la liste des aliments en question.

Car attention, il ne s’agit pas de se faire un petit-déjeuner géant à base de briochettes Méhoudar, de petits biscuits et autres denrées compatibles, ce serait trop facile. Non non, avant le repas, on fait une prière sur 11 aliments, issus de trois catégories différentes : les fruits de l’arbre, les fruits de la terre et les fruits de la nature. Idéalement, il doit s’agir des fruits des premières récoltes. Soyez donc super vigilant sur la qualité, on ne plaisante pas avec ça.

Faisons donc l’inventaire de ces 11 fruits qui possèdent chacun des vertus particulières pour contribuer à notre bonheur et à notre protection.

Première catégorie : les fruits de l’arbre. Y figurent la figue, la grenade et la pomme.

Avec ces fruits, on se fait un petit égo trip : on veut du bonheur, on veut du soleil, on veut être heureux comme dans une pub pour Danao. Et pas trop de souci à se faire pour le palais, les trois fruits font très bon ménage avec le sucre.

- La figue, on la mange parce qu’elle est bonne et douce. Et qu’on veut une année pareille (avec ou sans la peau, c’est vous qui voyez).

- La grenade, qui a plein de grains, symbolise la fécondité. En en mangeant, on demande à D.ieu que nos vertus et nos mérites augmentent comme les grains de la grenade. Et comme les grains sont très rapprochés, on demande en même temps à D.ieu que notre peuple soit aussi uni et solidaire que les grains de la grenade le sont entre eux. Note : les petits grains de grenade qui croustillent sous les petits grains de sucre, quel kif ! Enfin, à éplucher, quelle galère (paraît même qu’il y aurait 613 grains, comme les 613 mitsvot) !

- Pour la pomme, même combat que pour la figue : une année aussi bonne et douce que le fruit du pommier. Et la pomme sucrée, c’est très bon. Profitez-en, c’était le dernier truc agréable à manger.

Deuxième catégorie : les fruits de la terre. C’est là que ça commence à se gâter avec le sésame, la courge, l’épinard, la fève et l’ail.

Avec ces fruits, on souhaite que nos ennemis arrêtent de nous vouloir du mal (mais non, nous ne sommes ni sujets à la parano ou à un quelconque syndrome de persécution, pas du tout…).

- Les graines de sésame, c’est un peu comme avec la grenade : c’est pour que nos vertus et nos mérites augmentent comme le nombre de graines de sésame. La seule différence par rapport à la grenade, c’est que vos dents vont morfler tellement ça colle. Courage, c’est pour la bonne cause !

- La courge, c’est pour que toutes nos mauvaises actions soient annulées (déchirées, même) et que nos bonnes actions soient présentées devant D.ieu. Côté goût, ça passe beaucoup mieux quand le potiron est cuisiné en beignet. Merci Papa, d’être Tunisien.

- L’épinard, non ce n’est pas pour le fer. C’est pour écarter de nous nos ennemis, ceux qui nous haïssent et veulent notre malheur. Les chacals. Allez hop, une bonne bouchée d’épinard au sucre et tous les chiens galleux nous foutent la paix. Si ça se trouve, Popeye le savait déjà…

- La fève, c’est pareil. Loin de nous ceux qui nous veulent du mal. D’un point de vue gustatif, la fève et le sucre ne se marient pas trop mal, c’est déjà ça.

- L’ail, c’est encore et toujours pour éloigner nos ennemis. Comme avec les vampires, en fait. Sauf que là, il faut le manger l’ail, pas juste le brandir. Et force est de constater que c’est pas la même chose. Là encore, la cuisson en beignet est votre amie. Mais ça ne changera malheureusement rien à votre haleine après coup.

Enfin, troisième et dernière catégorie, les fruits de la nature (qui n’ont de fruits que le nom, si vous me le permettez), avec le miel, la tête de mouton et le poisson.

Avec eux, on demande de nouveau une année bonne et douce. Oui, c’est important, alors on a envie de remettre une couche.

- Le miel, c’est tout à fait symbolique. Une année au goût sucré, qui coule, qui apaise et fait du bien. Attention, le miel + le sucre, ça fait un peu overdose. Alors allez-y mollo et prenez une cuillère à café plutôt qu’une cuillère à soupe (surtout si vous avez du diabète).

- La tête de mouton, c’est pour que nous soyons à la tête et non à l’arrière. Et c’est aussi pour se souvenir du sacrifice d’Isaac notre père. Par contre, on préfère vous prévenir, la tête de mouton sucrée, c’est dégueulasse.

- Le poisson enfin, c’est pour que nous croissions et nous nous multipliions comme les poissons (une sorte d’écho à la fécondité représentée par les grains de la grenade). Et c’est aussi pour que nous soyons protégés du mauvais œil. D’une pierre deux coups, ça vaut bien la peine de se forcer parce que franchement, c’est pas vraiment bon. Quoique, je dis ça mais ma sœur adore (sans doute la partie ashkénaze qui est en nous et qui fleure bon la carpe à la juive –sucrée comme il se doit…).

Vous voyez, c’est donc très important d’avoir la Fresh attitude ! 11 fruits et légumes pour une bonne année ! Mais tout ça, les publicitaires ne vous le disent pas…

Chana Tova à tous !