Nous voilà le 1er janvier. Déjà ! Et qui dit 1er janvier dit bonne année, bonne santé et bonnes résolutions. Cette liste improbable de choses qu'on se promet de respecter pendant un an mais qu'on ne tient jamais plus que quelques jours seulement.

Un point lexical pour commencer. Déjà, cette histoire de bonnes résolution, c'est du n'importe quoi. À la base, si on prend une résolution, c'est qu'elle est bonne, non ? Le mot résolution contient en lui-même cette notion de bien. Vous avez déjà entendu des histoires de mauvaises résolutions ? Non. Donc c'est un peu un pléonasme ce truc.

Donc revenons à notre 1er janvier. Il est minuit, vous êtes passablement ivre, votre ventre ressemble au chapiteau du cirque Alexis Gruss, vous vous entendez parler avec de l'écho et les connexions neuronales se font de moins en moins vite dans votre tête. C'est normal. C'est parce que vous avez trop bu et trop mangé. Mais bon, vous dites-vous, ça, c'était l'année dernière. Cette année, je vais changer. Finis les excès en tous genres, je vais mener une vie saine. Vu comme ça, c'est vrai que votre discours tient la route et qu'il s'apparente davantage à une sage maxime qu'à une parole sans fond de personne bourrée. Et pourtant, c'est bien de ça dont il s'agit. Vous racontez n'importe quoi.

Pourquoi les bonnes résolutions ne servent à rien ? Pourquoi n'allez-vous pas les tenir ? Pourquoi est-ce un piège dans lequel tout le monde retombe tous les ans ? La preuve avec quelques-unes des résolutions les plus répandues.

Cette année, je me mets au sport
Que la personne qui n'a jamais pris au moins une fois dans sa vie cette absurde décision me jette le premier survêtement Adidas trois bandes. Qui n'a jamais pris un abonnement au Club Med Gym en se jurant d'y aller au moins trois fois par semaine pour finir par ne plus y aller qu'une fois tous les trois mois ? Et encore, pour aller se détendre au hammam. Qui n'a jamais promis d'aller tous les dimanche matins faire des tours de lac au Bois de Vincennes ? Ou des longueurs à la piscine ? On sait comment ça finit. On y va une fois, obligé de se lever tôt alors qu'on rêvait d'une grasse matinée, on maudit les gens qui prennent toute la place dans le bassin, on attrape froid en sortant avec les cheveux mouillés, on s'écroule de fatigue comme une merde en rentrant à la maison, on compense en se préparant un gros plat de pâtes au pesto avec double ration de parmesan. Bref, notre dimanche est foutu. Qu'on se le dise une bonne fois pour toutes : on ne devient pas sportif. On l'est ou bien on ne l'est pas. Et quand on appartient à la deuxième catégorie, se forcer ne sert à rien. Alors au lieu de vous lancer des défis débiles, commencez déjà à vous tenir droit.

Cette année, j’arrête de fumer
Ça fait combien d’années que vous la prenez, celle-là ? La première fois que vous avez décrété que vous alliez arrêter, vous achetiez encore votre paquet en francs. Depuis, le prix a flambé comme c’est pas permis et vous, vous n’avez toujours pas réussi à décrocher. Vous avez beau savoir que vous pourriez acheter plein de trucs trop chouettes au lieu de faire partir votre argent en fumée mais rien n’y fait. Votre dose de nicotine, c’est sacré, vous en avez besoin. Et puis l’autre fois, vous avez vu dans la file du ciné un mec qui fumait une fausse cigarette et il avait l’air complètement ridicule avec son pseudo jouet. Alors laissez tomber. Vous arrêterez quand vous l’occasion se présentera. En attendant… ben je crois que c’est l’heure de la pause clope, non ?

Cette année, je vais chez le dentiste, chez le gynéco et chez l'ophtalmo
Depuis quand le numéro de téléphone du Docteur Goldberg est-il placardé sur votre frigo ? Ne cherchez pas à compter en jours, il serait plus judicieux de compter en mois, voire en années. Mais c'est pourtant pas de votre faute ! Quand vous prenez enfin la peine d'appeler, soit la secrétaire ne répond pas, soit le docteur a pris sa retraite, soit il n'y a pas de place avant six mois, soit c'est vous qui n'êtes pas disponible. Le casse-tête ! En même temps, on ne va pas vous reprocher d'avoir un travail, non ? Et puis ça vous arrange d'une certaine manière. Boycotter les cabinets médicaux, c'est le meilleur moyen de ne pas savoir qu'il se passe d'horribles choses sous vos gencives. Que vous avez du cholestérol. Une artère bouchée. La vue qui baisse. Et en plus vous n'aimez pas y aller. C'est loin. La salle d'attente est une invitation au suicide. Vous ne savez plus où est votre carnet de chèques ni votre carte vitale. Bref, vous allez encore remettre cette visite à l'année prochaine. Oui, c'est une attitude complètement irresponsable. Mais vous ne vous en faites pas trop car la visite médicale du boulot, celle-là, vous pouvez pas y échapper.

Cette année, j'arrête de manger n'importe quoi
Ne plus fréquenter le Mac Do, arrêter de se mettre des races à coup de Mojitos, faire le marché pour acheter des fruits et légumes frais, se mettre au bio, arrêter les Kinder Bueno par six, le Nutella à la cuillère, les paquets d'oursons en guimauve, les boîtes de Granola, les noix de cajou et autres armes d'indigestion massive. Noble intention pour votre organisme mais ça marchera pas. C'est pas une question de mauvaise volonté. C'est juste que vous êtes faible. Que vous avez besoin de réconfort. Que vous rentrez tard le soir. Et que, quand votre frigo est presque vide (ce qui arrive environ quatre jours sur sept), c'est tellement plus facile de se faire des tartines de tarama. Rassurez-vous, il existe une solution plus équilibrée : les sushis. C’est simple et rapide d'appeler Eat Sushi pour commander un plateau de California Rolls au saumon. Vous n'avez qu'à attendre, payer et vous régaler. Même pas de vaisselle à faire après, vous foutez tout à l'égout à la poubelle et pouvez aller tranquillement vous coucher. Enfin bon, je vous connais, vous vous enfilerez quand même une tablette de Milka chocolat au lait et noisettes juste après.

Cette année, je fais le ménage
On dirait que les promotions au rayon entretien chez Carrefour vous ont tourné la tête. Mais en définitive, votre idée de faire le ménage de fond en comble toutes les semaines va rapidement prendre l'eau. Pourquoi ? Parce que, pour faire le ménage, il faudrait déjà que votre petit nid douillet soit rangé... et que c'est loin d'être le cas. Votre appart, c'est Bagdad. Un combat sans merci entre la pile de vaisselle sale à la cuisine, les montagnes de fringues froissées dans votre chambre, le courrier qui s'entasse au salon, les mille flacons de gel douche à moitié vides dans votre salle de bains. Le jour où vous aurez réussi à mettre de l'ordre dans ce bazar, vous serez trop fatigué et déjà assez fier pour ne pas avoir à passer un coup de balai Swiffer juste derrière. Ah ben non, point trop n'en faut. C'est déjà bien que vous puissiez de nouveau voir de quelle couleur est votre table. Vous voulez une vraie bonne idée de résolution intelligente ? Prenez une femme de ménage !

Cette année, je surveille mes dépenses
Ça veut dire que vous allez arrêter de dilapider votre paye dans une paire de chaussures ou un écran plat. Ça veut dire que vous allez utiliser les petits bons de réduction qu'on vous a distribués chez Monoprix. Arrêter les hors-forfait. Réserver vos vacances un an à l'avance. Mettre de l'argent de côté comme un écureuil avec ses petites noisettes. Si votre grand-mère vous fait un chèque pour Noël, vous allez le mettre directement sous votre matelas sur votre livret A. C'est ça. À d'autres. N'essayez pas de vouloir résister aux sirènes de la consommation, ce sera peine perdue. Et puis vous savez très bien comment ça va se passer. Les premiers jours, vous allez noter vos dépenses dans un (de vos trop nombreux) carnet. Et après, vous allez progressivement arrêter. Par flemme. Par manque de motivation. Et aussi parce que vous aurez l'impression désagréable de rendre des comptes sur vos comptes. Vous aurez honte d'avoir acheté un énième pull noir. Alors, plutôt que de vouloir viser la lune en pratiquant l’austérité financière, gardez juste les pieds sur Terre. Tout en tentant de garder de bonnes relations avec votre banquière. 

Cette année, j'arrête les histoires de cul d'amour sans avenir
Oui, bien sûr. Et c'est quoi la suite ? Vous allez gentiment attendre le Prince Charmant chez vous en faisant de la peinture sur soie ? Réveillez-vous, on est ni chez Perrault, ni chez Disney ! Et en plus vous ne savez même pas peindre, à peine faire du crochet. Vous le savez bien, les contes de fées ça n'existe pas. Alors bon, c'est vrai que boire cinq vodka-pomme et aller vous déhancher en boîte comme Rihanna pour finalement rentrer chez vous faire n'importe quoi avec une personne que vous ne connaissez ni d'Ève ni d'Adam n'est pas forcément la bonne attitude à avoir. Mais dire non à tout et à tout le monde non plus ! Il faut juste trouver un équilibre. Le grand amour n'arrive pas forcément aussi rapidement qu'un livreur Speed Rabbit Pizza, c'est certain. Mais c'est pas pour autant qu'il faut vous arrêter de vivre ! Vous pouvez attendre si vous avez envie. Mais n'attendez pas les bras croisés. On sait jamais, vous pourriez avoir de bonnes surprises !

Très bonne et heureuse année à tous !

se taper T Dutronc by Nat Wood