Vous ne le savez pas mais nous sommes colonisés. Eh oui, même si on vit en démocratie, qu'on a le droit de vote, les 35 heures, les RTT et un système politique qui s'appelle la République, il faut savoir que nous sommes gouvernés par quelqu'un d'autre que François Hollande. Une souveraine autoritaire qui a pris le pouvoir dans nos vies, un tyran sans merci qui a su se rendre indispensable, une stratège redoutable qui cache sous son nom innocent une pugnacité à toute épreuve : la lingette.
 
A priori, une lingette est un morceau de tissu, généralement petit (d'où la terminaison en "ette"), imbibé d'un liquide qui a pour fonction de nettoyer. Une lingette c'est doux, c'est mignon et ça sent bon mais il faut voir avec quelle ingéniosité elle s'est incrustée dans nos vies jusqu'à devenir indispensable dans toutes les pièces de la maison et dans tous les sacs à main. Je vous propose un petit historique de la lingette afin de mieux comprendre comment elle a su tactiquement gagner du terrain au fil du temps pour finalement parvenir à nous envahir.
 
Première période : l'infiltration
Au début, la lingette se faisait toute petite. Elle savait qu'elle avait un avenir glorieux devant elle mais elle ne voulait pas précipiter les choses et avait décidé d'opter pour une stratégie d'entrée plutôt discrète. Alors elle avait gagné deux secteurs assez ciblés : l'univers du bébé et celui des crustacés. Sous la forme de Câlinettes et de rince-doigts, elle s'était fait une place de choix. Armée d'un doux parfum de fleur d'un côté et de citron/citron vert de l'autre, elle est vite devenue indispensable pour les fesses de nourrissons et les amateurs de poisson. Et elle se montrait redoutablement efficace. Et quelle facilité d'utilisation ! On nettoie, on jette et on n'y pense plus. Une première bataille menée avec tact et gagnée haut la main.
 
Mais tout cela n'était qu'une première étape. Car de leur côté, les cerveaux réfléchissaient pour amorcer une deuxième phase, cette fois-ci bien plus percutante. Leur but : conquérir des secteurs plus larges et progresser de manière spectaculaire dans le panier de la ménagère. Les généraux de l'hygiène accompagnés de leurs lieutenants du marketing mirent donc en place un nouveau plan pour lancer une deuxième action : le débarquement était en marche.
 
Deuxième période : le débarquement
Car oui, nettoyer des arrière-trains et essuyer des mains, ça allait bien deux secondes, il fallait voir plus grand, s'étendre. Alors, la lingette sut convaincre les géants Swiffer et Nivea de s'engager à ses côtés. La révolution arriva dans les linaires de supermarché avec les lingettes dépoussiérantes et démaquillantes. Ce fut une opération massive. Campagnes de publicité sur tous les fronts, échantillons, rayons envahis par les produits, bons de réduction, témoignages d'utilisateurs ravis, tests d'efficacité... Le débarquement s'opéra de manière spectaculaire.
 
Toutes les femmes se ruèrent sur les lingettes démaquillantes et jetèrent lait, coton et lotion à la poubelle. Avec les lingettes, l'opération qui leur rendait leur vrai visage en fin de journée ne prenait plus que 5 minutes au lieu de 20. Même les conjoints étaient heureux. Pour les adolescentes qui se maquillaient en cachette, en un coup de lingette elles faisaient disparaître les traces de leur forfait sur le chemin du retour du collège, tendant à leurs parents une joue douce et immaculée pour un bisou sitôt rentrées à la maison.
 
La lingette Swiffer, quant à elle, a changé la face du monde pour qui possédait dans sa maison quantité de bibelots, figurines et cadres photos. On se souvient tous de la chanson du spot télé qui clamait que "faire la poussière c'est la galère et l'aspiro est bien trop gros [...] avec Swiffer, c'est plus rock'n roll". Swiffer, c'était l'adieu au ménage long et chiant, c'était une affaire réglée en quelques minutes, sans balai, sans plumeau, sans eau, sans seau, sans mal de dos. La solution offensive.
 
Ce fut une deuxième bataille brillamment gagnée : la lingette était dans tous les foyers. Mais ce n'était qu'un début. Le maréchal Persuasion-Dépendance prit la tête des opérations.
 
Troisième période : l'invasion
Aujourd'hui, on peut dire que la lingette à gagné la guerre puisqu'elle à réussi à se glisser partout. Nous avons tous été conquis par sa simplicité d'utilisation et son efficacité. Les Câlinettes et les rince-doigts existent toujours. Les lingettes démaquillantes et dépoussiérantes aussi. C'est juste que maintenant, toutes ces lingettes sont disponibles sous plusieurs marques différentes. Au rayon beauté, on trouve des lingettes déodorantes pour sentir bon en toutes circonstances et des lingettes pour l'hygiène intime. Généralement conditionnées en petits emballages individuels pour se glisser discrètement dans un sac. Au rayon entretien, on trouve des lingettes anti bactériennes pour la cuisine ou la salle de bains. Même Monsieur Propre prend la pose sur certains paquets. Au rayon fournitures scolaires, on trouve des lingettes pour nettoyer l'écran de son ordinateur ou les verres de ses lunettes, car qui a Vu verra. Au rayon des bébés, on trouve des lingettes hydratantes, nettoyantes, débarbouillantes, adoucissantes. 
 
C'est vrai, ça, c'est tellement pratique, comment faisait-on pour vivre avant sans elles? À chaque problème, à chaque moment de la vie ou de la journée, il existe une lingette appropriée. La lingette, arme de nettoyage massive ? Oui, certainement. Alors moi j'aimerais que quelqu'un invente les lingettes pour l'âme. Pour la débarrasser des soucis et des mauvais souvenirs. Une lingette qui nettoierait les idées noires, sécherait les larmes et effacerait tous mes malheurs.