Je l’ai rencontré en plein mois d’août, le front moite de sueur, le T-shirt humide et le short qui collait aux fesses. C'était chez Darty.

J’ai tout de suite su qu’il saurait m'apporter le réconfort que je cherchais, qu'il allait rafraîchir ma peau échauffée, mon corps brûlant et alangui. Je sentais presque son souffle sur moi...

Quand je l’ai aperçu, j’ai tout de suite eu le coup de foudre. J’ai su que c’était lui qui je voulais. Il était grand, il avait l’air puissant et bien bâti…

Je n’ai pas hésité un seul instant et je l’ai emmené chez moi directement. Il n’a pas bronché.

J’étais déjà tout contre lui dans le métro, trop impatiente de me retrouver avec lui dans ma chambre. Rien que tous les deux, seuls. Les gens nous regardaient, envieux.

Il m’a avoué qu’il risquait de faire un peu de bruit, je lui ai répondu que ça ne me dérangeait pas.

Nous sommes arrivés, je ne lui ai pas fait visiter mes 30 mètres carré loi Carrez, je ne lui ai même pas offert à boire, rien.

J'ai juste enlevé mes vêtements...

... puis je l'ai branché à ma prise de courant et je l’ai mis en marche. Je l’aime, mon ventilateur.