Il paraît que dans la vie, on peut compter ses véritables amis sur les doigts d'une main. Et même d'une main mutilée. Et c'est vrai que ce n'est pas facile de pouvoir faire vraiment confiance à quelqu'un. Mais il existe une catégorie de personnes qui ne nous laissent jamais tomber et qui sont toujours là pour nous, même quand on est au fond du trou, même quand on ne le mérite pas, même quand c'est férié : ce sont les oursons en guimauve.

Les oursons en guimauve sont nos plus vieux amis. On les a connus au goûter d'anniversaire d'Emilie en maternelle. On avait les mains pleines de sucre après avoir englouti des frites piquantes, des crocodiles Haribo, des fraises Tagada et autres confiseries acidulées. Notre langue mise à rude épreuve était en quête de douceur et d'apaisement. Notre regard a été attiré par des petits nounours sagement disposés dans une assiette en carton. Ils avaient l'air tellement mignons qu'on les a d'abord contemplés et caressés un petit moment, juste avant que le chocolat n'ait complètement fondu dans nos paumes. Puis nous n'en avons fait qu'une bouchée et avons savouré avec délice la guimauve. Cette première rencontre nous a laissé un souvenir impérissable et une superbe moustache de chocolat au-dessus de la lèvre supérieure

Plus tard, les oursons en guimauve nous ont toujours suivis : à nos propres goûters d'anniversaires, lors de nos booms d'adolescents, pour nos séances de cinéma en amoureux... Et ils sont même encore présents quand on fait un pot au bureau avec nos collègues. D'ailleurs, ce sont souvent eux qui disparaissent en premier. Les oursons, hein, pas les collègues. Eux seuls savent apporter cette touche de fantaisie et de douceur inimitable. Où qu'ils aillent, ils ont toujours du succès et provoquent immanquablement des "Oh !" et des "Ah !" de contentement assortis de sourires de convoitise et de regards brillants. Même cette pétasse de Laurence qui est toujours au régime ne se fait jamais prier pour en picorer. 

Les nounours, parce qu'ils sont délicatement enrobés de chocolat, savent nous remonter le moral quand on est au bout du rouleau. Et parce qu'ils sont composés de guimauve, ils nous apportent tendresse et réconfort. On pourrait objecter que, question réconfort, il y a aussi le pot de Nutella qui attend de pied ferme dans le placard qu'on vienne lui dévisser le couvercle. C'est pas faux. Mais le souci avec le Nutella, c'est qu'on ne peut pas juste en prendre une seule cuillère. Une fois qu'on a mis le nez dedans, il faut au moins l'intervention des pompiers ou de la Brigade des Stup pour nous faire lâcher le pot. L'avantage des petits oursons en guimauve, c'est qu'ils n'ont pas ce caractère addictif. Bon, c'est vrai qu'on les mange généralement par deux ou par trois, on va pas se mentir. Mais statistiquement, un paquet d'oursidés chocolatés dure plus longtemps qu'on pot de pâte à tartiner. Allez savoir pourquoi. Peut-être que la guimauve est plus vite écoeurante ou que la Brigitte Bardot qui sommeille en nous s'insurge de décimer ainsi une population en voie de disparition ? 

Une chose est sûre, les oursons, parce qu'ils sont bons, parce qu'ils sont petits et parce qu'ils sont choupis, sont de fidèles amis à toujours avoir à portée de main. 

Une dernière recommandation pour le mode d'emploi et les conditions de dégustation. Vous n'avez qu'une seule règle à suivre : les rimes. Ourson rime avec : anniversaire de Tonton, dépression, grande occasion, changement de saison, soirée toute seule à la maison, pendaison (de crémaillère, hein ! rangez-moi cette corde), goûter mignon, célébration, demande d'augmentation, parce qu'il n'y a plus d'autres bonbons, pas vraiment de raison, hiver trop long, on touche le fond, au régime on dit non, méchant garçon...

D'autres suggestions ?