Au début je voulais être blogueuse mode mais il y avait déjà trop de filles qui étaient sur le marché. Et comme elles étaient plus grandes et plus blondes que moi, je suis devenue blogueuse humeurs. De celles qui doivent faire passer leur quotidien pour une folle aventure et enjoliver chaque moment de leur vie même quand il s’agit d’une visite chez le proctologue. Mais c’est dommage parce que j’aime bien les fringues. Pas celles qu’on voit dans les pages de pub du Elle qui coûtent un rein et qui se démodent en une saison. Non, moi j’aime ce qu’on appelle les basiques : le T-hirt blanc, le jeans Levi’s et sa petite étiquette rouge judicieusement positionnée, les UGGs, les Louboutin… Et surtout les petites robes noires.

La petite robe noire - abrégée en PRN pour vous qui maîtrisez l’art subtil de l’acronyme - est la meilleure copine de toutes les filles de la planète, même moi qui ne suis ni grande ni blonde. Elle se faufile dans la rue, au bureau, au pub irlandais, vous accompagne en soirée, peut aller à un dîner de famille ou à un réveillon de Nouvel An. Elle se marie facilement avec tout, aussi bien avec des chaussures plates qu’avec des escarpins. Pareil pour le haut, on a le droit de la porter avec un blouson en jeans d’adolescente ou une veste de tailleur de femme active. Tout lui va. Elle ne dit jamais non, que vous la portiez jambes nues ou avec des collants. Et elle ne vous fera pas remarquer que vous avez pris un peu de bide. Pas comme votre mère.

Le gros avantage de la PRN, c’est qu’on en trouve toujours une, où qu’on se trouve et quelle que soit la période de l’année. Comme elle est noire, vous pouvez la porter même aux enterrements elle ne se démode jamais. Voilà qui est pratique. Et que vous soyez chez H&M ou Chanel, il y aura toujours un modèle pour vous. Après, c’est votre banquier qui décide. Autre avantage : elle va à tout le monde, il suffit juste de prendre la bonne taille. Du côté des matières, la déclinaison est infinie : du coton simple au lycra souple en passant par la dentelle aguicheuse, tout est possible et dépend de vos envies. Attention néanmoins au fashion faux pas. Pas question de se pointer à un entretien de boulot avec une PRN en voile super transparente. Ce n’est pas comme ça que vous l’aurez, votre augmentation. 

Un dernier conseil pour la route : ne soyez pas trop sentimentale. Il se peut qu’un jour, vous trouviez une nouvelle PRN alors que vous en avez déjà une qui ne vous quitte jamais. Vous serez chamboulée. Triste pour l’ancienne. Peinée par la place de choix qu’elle occupait avant et qu’elle n’aura plus jamais. C’est normal, il ne faut pas vous en inquiéter. Vous en aimerez encore plusieurs autres avec le temps. Car sachez-le : les PRN sont un peu comme vos amoureux : vous passerez quelques jours, mois ou années avec une seule en pensant naïvement que personne ne pourra jamais vous rendre aussi belle et vous aller aussi bien mais au bout d’un certain temps, la passion s’éteindra et vous remarquerez un modèle encore plus beau pour qui vous laisserez tout tomber. Ce sera l’amour fou pour un temps indéterminé, vous la mettrez tout le temps, même pour regarder la télé, même le dimanche avec vos pantoufles. Et puis vous en croiserez une plus jolie que les lavages en machine n'auront pas encore détendue et ternie. Et ainsi de suite indéfiniment, jusqu’à ce que mort (des stocks) s’ensuive. Une petite différence, toutefois : Ikea - et accessoirement, une certaine éthique - vous permettent d’avoir beaucoup plus de robes que d’amants dans votre placard. Alors quand viendra l’heure de faire un choix… Réfléchissez bien ! 

IMG_7072