17:04 et il n'est toujours pas là. Je m'impatiente, il m'avait pourtant assuré qu'il serait à l'heure pour notre rendez-vous. Je lui ai donné mon adresse, les deux codes, l'étage... Alors où est-il ? 

Je regarde mon iPhone, aucune nouvelle de lui. Même pas un petit coup de fil pour me prévenir d'un éventuel retard. L'inquiétude prend le pas sur l'impatience. Si ça se trouve, il m'a oubliée. Tout simplement. Dire que j'avais rangé l'appartement de fond en comble exprès pour lui. 

Je suis en train de me résigner mentalement et d'accepter son absence quand j'entends soudainement trois petits coups frappés à ma porte. C'est lui ! Je suis sûre que c'est lui ! Je me recoiffe nerveusement d'une main et vérifie dans le miroir que je ressemble à quelque chose. Je ne voudrais pas l'effrayer. 

J'ouvre la porte et je le vois qui se tient debout devant moi. Mon D.ieu qu'il est grand. Et quelle douceur dans ses yeux. Il me sourit. Je rougis. Il s'excuse de son retard, je fais comme si je ne m'en étais pas rendu compte. Je suis tellement contente qu'il soit là que j'oublie tout. Rassurée et sereine, je referme la porte derrière lui. 

Il enlève sa veste. Je remarque une alliance. Il est marié ? Bon, qu'à cela ne tienne. De toute manière il est chez moi, c'est trop tard maintenant. Je lui propose poliment un rafraîchissement, il fait tellement chaud... Mais il refuse en me disant qu'il vaut mieux que l'on passe tout de suite aux choses sérieuses. J'acquiesce et lui demande ce qu'il veut faire. Il me dit que le mieux est que nous allions dans ma chambre et que je m'allonge sur mon lit. 

Je m'exécute. Un peu nerveuse, je m'étends. Tout va bien se passer, pas de panique. Malgré tout, je ne peux pas m'empêcher de stresser. Après tout, c'est la première fois que je le vois. Ça fait bizarre. Alors que mon cœur palpite dans ma poitrine, je le sens s'assoir sur mon lit et soulever mon pantalon. Ma fréquence cardiaque augmente dangereusement. Lentement, très lentement, je sens ses mains le long de mes jambes... Je n'entends même pas ce qu'il me dit. Je le fais répéter, un peu ébahie : il me demande si j'ai de la crème ou, mieux, de l'huile de massage. Je ne m'attendais pas à ça. Ma peau est brûlante. 

Je sors de sous mon lit un flacon d'huile pour bébé Johnson & Johnson, celle qui sent bon et qui détend bien. Je le lui donne, un peu gênée. D'un geste sûr, il ôte le bouchon et en verse dans la paume de sa main avant de commencer à me masser. 

Mollet, cheville, tendons... Comme ça fait du bien ! Je sens mes muscles se détendre et mes articulations s'assouplir sous ses doigts. Décidément, mon kiné à domicile est vraiment top.